LES PLUS D'EQUIBOOKS / n°6

5 questions à Claude Lux, l'homme-orchestre du cheval !

EQUIBOOKS : Auteur de plus de 65 ouvrages pratiques sur le cheval, mais aussi directeur de collection aux éditions Vigot et journaliste spécialisé, vous êtes devenu au fil du temps un véritable expert du monde du cheval. Vos livres représentent une mine d'informations pour tous les cavaliers et les propriétaires de chevaux, mais comment est née l'idée de vous mettre à écrire ? Pouvez-vous nous parler un peu de votre premier livre, le Guide du cavalier propriétaire ?

 

Claude Lux : En fait, ce premier livre donnait les réponses à toutes les questions que peut se poser le cavalier qui désire avoir un cheval chez soi et s’en occuper entièrement. C’est mon propre parcours et, à l’époque, j’aurais bien aimé posséder cet ouvrage ! J’y ai mis le fruit de mes expériences vécues et c’est ce côté pratique et authentique qui a plu. Je me demande d’ailleurs encore aujourd’hui où j’ai puisé l’énergie de rédiger ce manuscrit (à l’époque à la main) et de réaliser tous ces dessins, alors que je ne savais pas s’il allait intéresser un éditeur. Comme quoi, il fallait y croire ! Ce livre s’étant bien vendu dès sa sortie, j’en ai ensuite écrit d’autres, beaucoup d’autres, toujours sensiblement sur le même thème lié à la propriété et à l’utilisation du cheval. Plus tard j’ai pris la direction aux éditions Vigot, de la collection Cheval Pratique pour mettre le pied à l’étrier à d’autres auteurs, que j’aide à rédiger des manuscrits. Personnellement je produis en moyenne deux ouvrages par an sur le cheval mais aussi dans d’autres domaine, comme « Le manuel du jeune aventurier ».

 

EQUIBOOKS : Il suffit de piocher au hasard dans votre bibliographie pour constater la diversité des sujets qui y sont abordés : Les 1000 trucs du cavalier, 50 conseils pour l'attelage, Soins aux chevaux ; les 100 conseils du vétérinaire, 40 jeux et activités pour éduquer votre cheval, Apprendre à photographier les chevaux, Maréchalerie ; dépannage, ferrage ou encore Bourrellerie, réparer, fabriquer... L'envie de transmettre votre expérience est-elle le point de départ de chacun de vos livres….

 

C.L. : On m’a souvent qualifié « d’homme-orchestre » du cheval, car je me suis toujours efforcé de maîtriser les techniques pour pouvoir les transmettre efficacement. C’est ainsi que j’ai appris la maréchalerie et la bourrellerie, pour proposer ensuite des ouvrages pratiques et faciles d’utilisation. Lors de la sortie des nouveaux programmes sur les Galops, j’avais également rassemblé une équipe de spécialistes pour rédiger les manuels Vigot, qui remportent toujours un franc succès, notamment grâce aux dessins toujours très justes, de l’excellent illustrateur Yvan Benoist Gironière. Avec le vétérinaire équin Olivier Laude, nous avons récemment écrit à quatre mains l’ouvrage original Les 100 conseils du vétérinaire, et c’est avec mon ami le talentueux photographe Thierry Ségard, que nous avons rédigé Apprendre à photographier les chevaux. Personnellement, je me considère comme une poulie de transmission des informations que je capte autour de moi, pour les livrer d’une façon claire et compréhensible dans mes ouvrages. Les articles que je rédige chaque mois dans le magazine Cheval Pratique, me permettent de rester au faîte de l’information, dans ce milieu qui évolue constamment.

EQUIBOOKS : En quoi Le Guide du cavalier randonneur, véritable couteau suisse de la randonnée à cheval, est-il représentatif de votre parcours d'auteur ?

 

C.L. : En fait ce sont des expériences récoltées pendant des années de périples à cheval, souvent en toute autonomie, qui constituent la trame de cet ouvrage, que je n’ai cessé d’améliorer et de compléter au fil des rééditions (quatrième aujourd’hui). On y retrouve toutes les techniques de randonnée, mais également des astuces insolites et originales, bien utiles pour se dépanner en toute circonstance. Les ayant expérimentées moi-même, elles seront forcément utiles à d’autres !

EQUIBOOKS : Être au contact des auteurs, échanger avec les propriétaires de chevaux et les cavaliers sur les salons, randonner à cheval... est-il une source d'inspiration indispensable à votre travail ? Quand savez-vous que vous tenez l'idée d'un nouveau livre ?

 

C.L. : Avant de me lancer véritablement sur un nouveau projet, je médite longuement sur l’utilité de son contenu. Car il ne faut pas oublier que l’édition d’un livre représente un coût et que le nombre d’exemplaires vendus doit au moins compenser ce coût. Chez Vigot, nous analysons en profondeur les possibilités de vente dans un milieu que je connais bien. C’est notamment pourquoi je participe à la plupart des salons, pour y dédicacer mes ouvrages mais également pour détecter les nouvelles tendances et les nouveaux besoins des cavaliers. Même recherches faites à travers mes travaux de journaliste, notamment mes reportages, et mes voyages. Au cours de mes périples j’adore repérer des astuces et techniques originales que je pourrai transmettre par la suite. Lors d’un voyage en Turquie par exemple, dans les merveilleuses îles aux Princes au large d’Istanbul, j’ai repéré (et transmis) un mode de ferrage antidérapant très particulier, fabriqué avec des morceaux de pneus de voiture. Dans mon dernier voyage à Madagascar où il n’y a pratiquement pas de chevaux compte tenu du paludisme, j’ai tout de même repéré des montages particuliers de clôtures à bestiaux. Au Maroc, où j’ai travaillé pendant quatre années comme géomètre topographe, j’ai beaucoup observé comment les artisans ferrent leurs chevaux, les entraînent et les nourrissent. A Bali, j’ai découvert comment les habitants attelaient leurs petits chevaux pleins d’énergie. Prochainement, je pars en itinérance dans les îles du Cap Vert où j’ai déjà repéré que des mules très particulières, sont élevées et utilisées quotidiennement. Comme les mules sont stériles, il y a forcément des juments pour les produire ! Chaque voyage, chaque reportage et les nombreux contacts que j’entretiens avec mes lecteurs, le plus souvent fidèles, m’apportent de nouvelles informations que je transmets par la suite.

Actuellement, mon bestseller est 40 jeux et activités pour éduquer votre cheval, qui plaît tant aux jeunes qu’aux moins jeunes. Mais je travaille déjà sur d’autres projets… patience !

 

EQUIBOOKS : Et enfin, une toute dernière question : parmi les livres sur les chevaux que vous avez lus (beaux livres, récits de voyage, romans, ouvrages techniques...) quel serait celui que vous conseilleriez à nos lecteurs ?

 

C.L. : Difficile de répondre, tant les bons livres sont nombreux. J’ai cependant adoré Les cavaliers de Kessel et je relis régulièrement des passages très riches en expériences vécues du Général Eugène Damas, dans son merveilleux ouvrage Les chevaux du Sahara, qui me rappelle peut-être mes années passées au Maroc !

J’apprécie également les ouvrages qui font ressentir les ambiances liées au cheval comme Milady de Paul Morand ou La Maison de Pétrodava, rebaptisé Les noirs chevaux des Carpates de Virgil Georghiu.

Quel souffle !

empty