Actes Sud

  • On pense que le reality show est l'ultime avatar du spectacle de masse. Qu'on se détrompe. Il en est l'origine. Son créateur fut Buffalo Bill, le metteur en scène du fameux Wild West Show. Tristesse de la terre, d'une écriture acérée et rigoureusement inventive, raconte cette histoire.

  • Cris

    Laurent Gaudé

    Ils se nomment marius, boris, ripoll, rénier, barboni ou m'bossolo.
    Dans les tranchées où ils se terrent, dans les boyaux d'où ils s'élancent selon le flux et le reflux des assauts, ils partagent l'insoutenable fraternité de la guerre de 1914. loin devant eux, un gazé agonise. plus loin encore retentit l'horrible cri de ce soldat fou qu'ils imaginent perdu entre les deux lignes du front : " l'homme-cochon ". a l'arrière, jules, le permissionnaire, s'éloigne vers la vie normale, mais les voix des compagnons d'armes le poursuivent avec acharnement.
    Elles s'élèvent comme un chant, comme un mémorial de douleur et de tragique solidarité, prenant en charge collectivement une narration incantatoire, qui nous plonge, nous aussi, dans l'immédiate instantanéité des combats, avec une densité sonore et une véracité saisissantes.

  • Premier tome de la très célèbre série The Big Sky de A. B. Guthrie, texte fondateur de «l'école du Montana» : une épopée saisissante et iconoclaste dans les paysages immenses et mythiques de l'Ouest américain, qui donna lieu au chef-d'oeuvre éponyme de Howard Hawks (1952).

  • Le sergent Desportes, vieux briscard aussi courageux que respecté, défend la loi dans le sud-ouest américain. Il rencontre et sauve dans le désert un étrange gamin à la jambe fracturée, Bud, dont le cheval a été blessé. Entre ces deux hommes si dissemblables naît une étrange amitié, à la fois ambiguë et teintée, chez le sergent, de sentiments paternels. W. R. Burnett s'est inspiré de Billy the Kid pour créer le personnage si moderne de Bud, ce gamin aux multiples facettes, secret et ambitieux, intelligent et roublard, qui a quelque chose du pervers narcissique. Au fil des traques s'enchaînant sans relâche, admiration et trahison s'avèrent indissociables. L'auteur de Terreur apache nous offre ici un roman haletant, tendu, elliptique, dépouillé, qui déploie toute une galerie de personnages inoubliables et offre des remarques saisissantes sur cette région encore sauvage et cette époque de violences.

  • En parcourant le monde, parfois à pied, souvent à cheval, Jean-Louis Gouraud voulait découvrir quelles fonctions occupe auprès des différents peuples cet animal pas comme les autres qu'est l'«equus caballus», avec l'intime conviction qu'il n'y pas de chevaux sans hommes. Aller les observer partout dans le monde, de l'Orient à l'Occident, c'était avant tout pour lui une façon de partir à la rencontre des populations qui les élèvent, les exploitent, les entourent, les chérissent.

  • Après «La Captive aux yeux clairs», «La Route de l'Ouest» et «Dans un si beau pays», voici le quatrième tome de la célèbre série "The Big Sky". «L'Irrésistible Ascension de Lat Evans» se situe à la fin du XIXe siècle et retrace le destin et les ambitions du fils de Brownie Evans et de Mercy McBee, personnages attachants de «La Route de l'Ouest». Lat Evans, jeune homme passionné et courageux, cavalier hors pair, quitte la vie étriquée de ses parents en quête d'aventure et de richesse. D'abord cow-boy, chasseur de loup, il deviendra rancher et notable d'une petite ville.

  • Traduction revue du deuxième tome de la série «The Big Sky» pour lequel A. B. Guthrie avait reçu le prestigieux prix Pulitzer. Dick Summers, un des héros de «La Captive aux yeux clairs», guide un convoi de pionniers vers l'Oregon. Cette fresque intense et hyperréaliste nous fait vivre de l'intérieur l'aventure dramatique, passionnante et humaine d'hommes et de femmes qui abandonnent tout dans l'espoir de découvrir un monde meilleur. Sans bien se rendre compte des dangers qu'ils vont devoir affronter.

  • Après «La Captive aux yeux clairs» et «La Route de l'Ouest», voici le troisième tome de la saga «The Big Sky» d'Alfred Bertram Guthrie. Quelque temps après avoir quitté brutalement ses compagnons de route sur la piste de l'Oregon «(La Route de l'Ouest)», Dick Summers retrouve la liberté solitaire des grands espaces. Que restera-t-il de ce pays de castors et de bisons, alors que l'avancée de l'homme blanc avide d'or et de sang se fait chaque jour plus pressante ?

  • Le grand éclaireur Walter Grein cherche un moyen de réprimer la rébellion menée par l'Apache Toriano qui sème la terreur. Commence alors une poursuite haletante à travers les bassins désertiques du sud de l'Arizona. Adapté au cinéma sous le titre Le Sorcier du Rio Grande (1953), ce roman peu politiquement correct donne à voir ce que les films n'osent pas souvent montrer.

  • Blessés

    Percival Everett

    Voilà des années que John Hunt, qui a maintenant atteint la quarantaine, a choisi de se détourner de la société des hommes en allant vivre dans un ranch où, aux côtés d'un oncle vieillissant, il élève des chevaux.
    Mais le fragile éden de ces deux hommes noirs dans le grand ouest américain vient à se fissurer : un jeune homosexuel est retrouvé dans le désert battu à mort, un fermier indien découvre deux de ses bêtes sauvagement assassinées, et l'inscription "nègre rouge" en lettres de sang dans la neige. C'est dans ce contexte menaçant que John s'interroge sur ses choix de vie depuis la mort tragique de sa femme, sur les silences coupables qui couvrent les agissements d'un inquiétant groupe néonazi, sur la fin imminente de l'oncle Gus, sur l'amour, enfin, qu'une jeune femme vient réveiller en lui.
    Privilégiant une écriture de l'action qui exalte les puissances du non-dit, Percival Everett propose, à travers une subtile dénonciation de toutes les haines - raciale, sexuelle - qui meurtrissent l'Amérique contemporaine, une variation sur l'humaine condition, dans sa bouleversante vulnérabilité.

  • On l'a surnommé Saint Johnson, par admiration, par dérision - parce qu'il ne vit et ne jure que par la loi. Wayt Johnson, propriétaire du saloon Golden Girl et marshal de son état, n'a qu'un idéal : celui de faire régner la paix et l'ordre dans cette bourgade de l'Arizona. Quitte à y interdire le recours aux armes. Rêvant de devenir shérif, il doit commencer par faire la police au sein de sa propre famille : son frère Jim, qu'il protège envers et contre tout, se laisse embarquer dans une attaque de diligence. Sur fond de luttes de pouvoir, une querelle légendaire éclate entre deux clans, les Johnson et les Northrup. Qui imposera sa loi ?

    Un western sobre, efficace et haletant - la première approche romanesque de la célébrissime « fusillade d'OK Corral » qui inspirera tant de films.

  • Quand l'épure de l'art équestre rencontre l'écriture photographique de Koto Bolofo, nous atteignons là une grâce rare et majestueuse. Koto Bolofo a pu pénétrer les coulisses de l'académie équestre de Versailles où Bartabas l'a invité à découvrir le quotidien de ces cavaliers d'exception, offrant un recueil unique de photographies intemporelles. Le noir et blanc, le travail sur la matière (cuir, bois, crinière...), sur les lignes architecturales, sur les costumes et l'attention particulière portée aux portraits procurent des images hors du temps, mais qui traduisent cette excellence dont la quête est, en ce lieu, quotidienne.

  • Femme de feu

    Luke Short

    Une femme sûre d'elle manipule deux propriétaires de ranch pour échapper au destin que son père lui réserve et sauver les pâturages de l'homme qu'elle aime. L'extraordinaire psychologie des personnages de Luke Short et son style rapide, nerveux, font de ce western une lecture passionnante.

  • Huis-clos au grand air, ce western, déjà traduit par Gallimard en 1947, que nous publions dans une version révisée, rend palpable la vie des cow-boys au milieu du XIXe siècle dans une vaste région d'élevage au sud-ouest des États-Unis. Lorsque, un jour de printemps, la nouvelle d'un vol de bétail et de l'assassinat du jeune et populaire cow-boy Kinkaid se répand, les hommes de Bridger's Wells forment une milice pour venger ce crime. Mais est-ce vraiment dans l'intention de rendre justice à l'un des leurs et de reprendre le bétail volé ? En moins de 24 heures, cette affaire en apparence simple dévoilera la psychologie complexe d'une communauté isolée et livrée à elle-même. À travers le récit d'un témoin direct des agissements de ce groupe violent, Walter Van Tilburg Clark dresse le portrait d'hommes égarés et dénonce justice expéditive et tyrannie de la majorité.

  • Le cheval barbe

    Yassine Jamali

    Sur le cheval barbe - le cheval des Berbères -, tout a déjà été dit. Tout, et souvent n'importe quoi. Faisant le tri entre la légende et la réalité, le Dr Yassine H. Jamali ne se contente pas de chanter les louanges d'un type de chevaux qui, en effet, a fait ses preuves au cours d'une histoire millénaire : il s'inquiète aussi des dérives qu'on lui fait subir aujourd'hui, au point de le menacer... de disparition.

  • Voici la nouvelle aventure, cette fois-ci en Chine, de François Delarozière et de sa compagnie La Machine : le cheval-dragon. À Pékin, le spectacle L'Esprit du cheval-dragon a été un véritable succès. Il puise son inspiration au coeur de la tradition millénaire chinoise et la combine aux techniques innovantes de la compagnie La Machine.

  • Ciel rouge

    Luke Short

    « Il y a de l'argent à la clé, Jim, pour nous deux - beaucoup d'argent ». La cupidité commerciale oppose deux hommes, et la fille de l'un d'eux aime celui qui s'apprête à escroquer son père. Sur fond d'élévage de bétail et de vengeance d'Indiens croupissant dans des réserves dépourvues de bonnes terres, Luke Short compose un western intense, qui s'éloigne des stéréotypes du genre. Adapté par Robert Wise avec Robert Mitchum sous le même titre.

  • Nul n'a voyagé à cheval autant qu'elle. Nul ne connaît mieux quelle la planète équestre : des pampas argentines aux déserts australiens, des hauteurs himalayennes aux profondeurs des canyons américains, des savanes d'Afrique aux steppes d'Asie centrale, de l'Ethiopie à l'île de Pâques. Anne Mariage a parcouru en selle les cinq continents.
    C'est une randonnée en immersion dans la nature sauvage qui a fait basculer sa vie. Après avoir commencé à enseigner les lettres, Anne choisit de changer de métier et décide de ne plus vivre qu'à cheval. Désireuse de partager sa passion, elle crée en 1972 un concept de voyages qu'elle appellera "Cheval d'Aventure". Ce sera vite le rendez-vous des cavaliers en quête de découvertes, un groupe d'amis. "presque une tribu". dira un habitué. Elle leur propose des randonnées aux quatre coins du monde. En quarante ans. Anne Mariage entraînera ainsi dans d'inoubliables chevauchées des milliers de cavaliers unis par le même amour de découvertes authentiques.
    En une trentaine de chapitres, elle raconte ici ces voyages qui ont été pour elle et ceux qui l'accompagnaient l'occasion de découvrir chaque fois des paysages inconnus, des races de chevaux et des techniques équestres différentes, mais aussi et surtout de nouvelles personnes et d'autres cultures. Aussi cet ouvrage est-il à la fois un recueil de belles histoires pour rêver d'évasions lointaines ou de rencontres émouvantes et un extraordinaire atlas mondial de peuples cavaliers.

  •   À travers l'itinéraire de treize éleveurs de chevaux de course exerçant en France, multiples tant par leurs âges, leurs apprentissages, leurs parcours, leurs manières de travailler et leurs objectifs, Anne Konitz-Hoyeau nous invite à décrypter leur rapport à l'animal, leur quête absolue du futur crack des champs de courses, leurs rêves et leurs difficultés qui permettent de lever le voile sur ce monde des galopeurs exposé mais paradoxalement peu exploré. Ici, les plus grands éleveurs nous ouvrent leurs portes, nous donnant accès à leurs secrets les mieux gardés.

  • Le 1er mai 1990, Jean-Louis Gouraud quitte la région parisienne avec deux chevaux et entame un voyage qui va l'amener jusqu'à la Moscou soviétique après avoir parcouru 3333 kilomètres en 75 jours. Récit d'un exploit équestre, réflexion sur le temps et l'espace et portrait d'un empire où en chaque homme sommeille un cosaque.

  • Le management à l'ancienne, un brin paternaliste, souvent autoritaire, fondé sur un empilement d'échelons hiérarchiques, a sans doute fait son temps. Il ne convient plus aux jeunes actifs, ni aux nouveaux modes de communication permis par les nouvelles technologies. Plus récemment, face à un environnement de plus en plus compétitif, les entreprises ont cru gagner en performance en adoptant le principe d'évaluation par les normes, facteur de pression et de cloisonnement. Vision de court terme, mais qui, sur la durée, entraîne une dégradation des relations humaines, un manque de coopération, des conflits, de la souffrance et un assèchement de toute créativité.
    Les nouvelles générations ont soif d'un type de management dit «collaboratif», davantage fondé sur le talent de chacun, favorisant à la fois l'autonomie et l'engagement :
    Confiance, authenticité, proximité, complémentarité, plaisir, convivialité... Dans le renouveau managérial qui se profile, une tendance se dégage nettement : celle de la valorisation de l'intelligence émotionnelle. Pour la révéler et la développer, le prisme du cheval propose sans imposer.
    Être confronté quelques minutes à un cheval en liberté peut se changer en une expérience révélatrice. Animal qui peut faire peur ou être à l'inverse très attirant, le cheval devient un formidable miroir de nos émotions, en agissant comme un révélateur de notre manière d'être avec les autres. L'équicoaching part de ce constat pour mettre en avant l'intelligence émotionnelle des individus et travailler sur la gestion du stress, l'affirmation de soi ou le respect des autres.
    Après plusieurs années de recherches liant les techniques de management, l'étude du comportement du cheval et la psychologie au travail, Arnaud Camus, Laurence Flichy et Jean-Paul Bérard ont fait converger leurs expériences pour élaborer une méthodologie basée sur des exercices pratiques avec des chevaux en liberté, qu'ils proposent désormais en séminaires adaptés aux entreprises. L'équicoaching fournit des clés pour apprendre à créer du lien ou à améliorer sa communication non verbale; il permet d'explorer les pistes d'un management à la fois plus collaboratif, plus ouvert et plus humain.

  • L'autobiographie d'une jeune championne anglaise de dressage, qui avec son cheval Valegro, a survolé les jeux Olympiques de 2012 à Londres, puis ceux de 2016 à Rio. Depuis sa formation, ce couple a pulvérisé tous les records et fasciné le public. Charlotte Dujardin monte à cheval depuis qu'elle a deux ans et a pratiqué le saut d'obstacles en compétition dès son plus jeune âge, encouragée par une mère cavalière. A l'adolescence, elle découvre le dressage et va s'y consacrer avec une grande détermination et beaucoup de sacrifices de la part de sa famille car la discipline, avec son héritage aristocratique, coûte cher. A 22 ans, elle est embauchée comme groom par le champion de dressage britannique Carl Hester et elle devient son élève. C'est là qu'elle fait la rencontre de Valegro, un hongre KWPN bai-brun, très athlétique mais qui par chance manquait un peu de taille pour être monté par Carl. Charlotte va apprendre à gérer l'énergie de Valegro et tous deux vont développer une complicité exceptionnelle qui va les emmener au plus haut.

empty