Meilleures Ventes

  • 1. Le cheval ; Albert

    Le cheval ; Albert

    Léon Tolstoï

    • Folio
    • 8 Septembre 2016

    Le cheval :
    Un cheval est chahuté par ses pairs car il est vieux. Il l'a été par les hommes car il est pie. Car il est différent. Pourtant, il possède une histoire extraordinaire : de son rôle de monture du prince Nicolas à la vitesse hors-norme qu'il pouvait atteindre, le récit de son passé force le respect.
    En donnant la parole à ce cheval, Tolstoï évoque la décrépitude de la vieillesse, et prouve qu'il ne faut pas se fier aux apparences.
    Albert :
    Délessov rencontre Albert, un sans-abri alcoolique, qui s'avère être un violonniste talentueux.
    Touché par sa musicalité, Délessov décide de l'héberger et tente en vain de remettre sur pied cet homme qui fut un musicien prestigieux et respecté de tous, avant de sombrer dans l'alcool.
    Deux récits, deux prodiges déchus. Tolstoï rappelle avec poésie qu'il est parfois impossible de lutter contre certains éléments, tels que la vieillesse ou l'alcoolisme, et soulève l'absurdité de la distinction de valeur faite entre humains et animaux.

  • 2. Le goût du cheval

    Le goût du cheval

    Collectif

    • Mercure de france
    • 17 Septembre 2009

    De trait, de selle, de loisir, de travail, de guerre... à chaque type de cheval son usage. Sauvage et domestiquée à la fois, « la plus noble conquête » de l'homme ne cesse d'intriguer, de fasciner et même d'envoûter. Depuis l'Antiquité, cheval et littérature ont partie liée : c'est Pégase, le cheval ailé, qui fit un jour jaillir d'un simple coup de sabot, hippocrène (« la fontaine du cheval »), la source de toute poésie où les Muses aimaient venir se désaltérer. Le cheval passionne les écrivains qui le tiennent en haute estime. Au pas, au trot ou au galop, balade en compagnie de Jules Renard, Edgar Allan Poe, Robert Musil, Henri Michaux, Patrick Grainville, Michel Tournier, Clarice Lispector, Xénophon, Francis Jammes, Georges Bataille, Jérôme Garcin, René Char, Jean-Louis Barrault, Jean d'Ormesson, Jean Echenoz et bien d'autres...

  • 3. L'homme qui murmurait à l'oreille des chevaux

    Comment réagira annie graves, vedette de la presse new-yorkaise, lorsque grace, sa fille unique de 13 ans et son pur-sang, pilgrim, seront fauchés par un quarante tonnes sur une route verglacée ?
    Elle sera profondément bouleversée, et elle comprendra très vite que, pour sauver grace, il faut empêcher le sacrifice de l'animal mutilé.
    Alors, délaissant tout, elle va partir à la rencontre d'un homme qui possède un don mystérieux.
    C'est là-bas, dans la splendeur du montana, que vit tom booker, le " chuchoteur ", celui qui comprend si bien les chevaux et si peu ses propres sentiments.
    Ce livre, vous ne l'oublierez jamais. vous y découvrirez le secret des mots qui guérissent, des passions qui transfigurent les vies et toute la magie d'un roman, best-seller mondial, que robert redford a passionnément voulu porter à l'écran.

  • 4. Un escalier vers le paradis

    Un escalier vers le paradis

    Sylvie Brunel

    • Lattes
    • 7 Mai 2014

    Depuis l'enfance, Anne rêve de chevauchées dans le grand Ouest américain. Il lui aura fallu attendre d'être séparée et confrontée à un deuil douloureux pour s'offrir la wilderness. Mais rien ne se passera comme prévu. Les dix cavaliers qui l'accompagnent ont tous une personnalité bien affirmée.
    Tensions, promiscuité, affrontements rythment le voyage.
    Voici Anne embarquée pour trois semaines dans une équipée d'autant inattendue qu'elle est conduite par d'authentiques cow-boys mormons. Au fil de ce voyage jalonné d'imprévus, vont se tisser des liens aussi riches que surprenants entre les membres de cette étrange caravane. Dans les grands espaces, le sublime n'est jamais très loin du tragique.

    Sur fond de Grand Canyon, de légendes indiennes et de mythologies western, Sylvie Brunel signe un hymne à la force des femmes, où l'amour du cheval permet à chacun de se rapprocher de sa vérité.

  • 5. Brèves de haras ; savoureuses histoires d’écuries

    Brèves de haras est un amusant florilège de remarques et anecdotes savoureuses sur le monde du cheval. Tanneguy de Sainte-Marie, qui occupe le poste de directeur technique au Haras du Pin, a récolté au cours de sa carrière quantité de bons mots hauts en couleurs. Dans les stations de monte, en réunion ou au cours de conversations informelles, il a su capter la drôlerie de certains échanges et nous les restitue ici. Son ami Christian Hirlay, artiste passionné par le monde du cheval et le milieu rural, illustre avec talent et humour quelques unes de ces « perles ».

  • 6. L'écuyer mirobolant

    L'écuyer mirobolant

    Jérôme Garcin

    • Folio
    • 4 Novembre 2011

    "En équitation comme dans l'armée, Etienne savait combien c'eût été vain de vouloir casser les rebelles, soumettre les acariâtres, et qu'il était impossible d'atteindre la légèreté par la force, le brillant par la colère.
    Même les étalons les plus impérieux, il ne les avait pas combattus. Au contraire, il n'avait eu de cesse de vouloir les comprendre pour mieux s'en faire des alliés. Quel que fût le cheval, il n'aspirait qu'à se passer des aides. Il rêvait en effet de régner sans poids ni appuis, par le seul souffle de la botte, la caresse du cuir et la profondeur de l'assiette. Monter n'était plus alors une activité physique, c'était une pensée pure, un acte de foi."

  • 7. Au détour du Caucase ; conversations avec un cheval

    Voyager ne sert à rien. Pourquoi choisir les chemins de traverse, s'engager dans les replis accidentés du Caucase ? En parcourant à pied l'Arménie et la Géorgie, Clara Arnaud revient à l'essentiel. Au rythme de la marche, les pas claquent, ceux du cheval répondent, et la pensée chemine, loin de la cacophonie et de l'urgence du monde.

  • 8. Les cavaliers

    Les cavaliers

    Joseph Kessel

    • Folio
    • 23 Avril 1982

    Kessel a situé en Afghanistan une des aventures les plus belles et les plus féroces qu'il nous ait contées. Les personnages atteignent une dimension épique : Ouroz et sa longue marche au bout de l'enfer... Le grand Toursène fidèle à sa légende de tchopendoz toujours victorieux... Mokkhi, le bon sais, au destin inversé par la haine et la découverte de la femme... Zéré qui dans l'humiliation efface les souillures d'une misère qui date de l'origine des temps... Et puis l'inoubliable Guardi Guedj, le conteur centenaire à qui son peuple a donné le plus beau des noms : « Aïeul de tout le monde »... Enfin, Jehol « le Cheval Fou », dont la présence tutélaire et « humaine » plane sur cette chanson de geste... Ils sont de chair les héros des Cavaliers, avec leurs sentiments abrupts et du mythe les anime et nourrit le roman.

empty